LISTE DES ELEVEURS / SELECTIONNEURS

Vous pouvez télécharger la liste des éleveurs-sélectionneurs ici

 

RACE EQUILIBREE , RENTABLE, ECONOMIQUE,  EFFICACE,  SOCIABLE , DOCILE.

DES APTITUDES BOUCHERES ET DES QUALITES MATERNELLES TOUTES A LA FOIS.

L’outil idéal pour l’EFFICACITE ECONOMIQUE GLOBALE et pour améliorer la qualité de vie de l’éleveur

 


rudesse
« Rudesse », une femelle lourde née en 2001 avec une bonne  rectitude de dos, un bassin large et profond, des aplombs corrects.

 
Parmi les qualités d’élevage :

- Bonne fertilité, même pendant la période d’allaitement qui peut durer jusqu’à 8 mois
- Grande aptitude à être fécondée au moment favorable pour l’éleveur
- Vêlages très faciles
- Production de lait bien adaptée aux besoins du veau
- Grande longévité

Parmi les qualités bouchères :


- Aptitude à produire des bonnes carcasses (bon pourcentage de morceaux nobles)
- Grande souplesse dans l’âge d’abattage
- Grande efficacité alimentaire

 

 TABLEAU REPRENANT LES QUALITES FONDAMENTALES DE LA RACE LIMOUSINE

 

 UNE RACE DOCILE ET SOCIABLE

 

Dressage de génisses à la "méthode SOUVIGNET"


L’agrandissement des troupeaux, les stabulations libres et le manque de disponibilité des agriculteurs qui sont obligés d’avoir des exploitations plus grandes et plus diversifiées pour maintenir un revenu correct pour leur famille n’ont certes pas facilité la domestication des animaux.


L’éleveur qui connaît et qui aime ses animaux comprendra toutefois très vite que le CARACTERE DE L’ANIMAL DEPEND DE SA SOUCHE ET NON DE SA RACE.


Dans le berceau de la race limousine et plus particulièrement à Lanaud, de nombreux tests psychologiques sont réalisés sur les animaux pour écarter de la vente pour l’élevage les bêtes méchantes.


Les limousines qui proviennent de souches calmes sont des animaux intelligents, dociles et sociables qui viennent à la rencontre de l’éleveur et de ses enfants lorsqu’ils se promènent au pré. Elles ont de plus un caractère constant si l’éleveur ne les maltraite pas. Si un animal est méchant ou peureux, il ne faut donc pas espérer améliorer son caractère en le traitant avec gentillesse car dans des circonstances inhabituelles (par exemple la visite du vétérinaire, un transport…) le naturel reviendra au galop…


Si vous vous êtes trompé à l’achat, il est préférable de perdre 500 ou 1000 euros tout de suite plutôt que de tenter le diable. Introduire des animaux tarés dans son élevage peut être une expérience très coûteuse à long terme et très dangereuse au point de vue de la sécurité de l’éleveur.

 

 

 photo limousine 027

 Photo prise par Mr Servais pour la couverture de « Wallonie-Elevages » de mai 2009

 

UNE RACE ECONOMIQUEMENT RENTABLE

 

Commercialisation de la limousine


La carcasse des bovins limousins a un rendement d’abattage élevé, une proportion de muscles élevée, une proportion de graisse faible quand on la finit correctement et une ossature fine. Ces différents facteurs expliquent pourquoi elle est de plus en plus demandée sur le marché de la viande.


Elle s’adapte avec beaucoup de facilité aux exigences des filières biologiques et labels puisque dans la plupart des cas, les animaux sont déjà élevés de manière naturelle et nourris par la production de la ferme. Race bouchère spécialisée, la limousine est l’outil performant pour transformer les fourrages en muscles.

 

photo limousine 001

 


Sur le marcher traditionnel de la viande belge, elle est de plus en plus demandée car la qualité de la viande produite par les limousines répond bien à la demande des consommateurs : viande de première qualité, persillée et de goût ; viande pour la préparation (américain de 1er choix, haché, saucisses, hamburgers….).


Les professionnels (engraisseurs, chevillards, bouchers…) de la filière viande sont très sensibles à la qualité de la carcasse. Le consommateur par contre se focalisera plus sur la qualité de la viande elle-même c'est à dire les différents morceaux issus de la découpe.


Les différents paramètres qui influencent la valeur commerciale de la carcasse sont les suivants :

 


1. Le poids de la carcasse chaude. Plus le poids est élevé, plus le prix est intéressant. Le prix des taureaux gras et des femelles de réforme est meilleur lorsque le poids carcasse se rapproche des 430 kg .

En Mai 2010, le prix moyen pour un animal limousin bien engraissé était de 3,10 à 3 ,50 euros du kg pour les femelles et de 3,60 euros du kg pour les TX.

Une femelle âgée mais lourde et bien engraissée sera souvent mieux payée qu’une plus jeune femelle dont la viande est plus tendre car elle pèse plus.



2. La composition de la carcasse : celle-ci est influencée positivement par la proportion de viande maigre et négativement par la proportion de graisse.


3. La conformation de la carcasse : un animal de conformation mixte viandeuse et/ou viandeux sera mieux payé qu’un animal de type élevage qui serait plat car la proportion de morceaux nobles (entrecôtes et steaks) sera plus importante.

Les animaux classés en S (Blanc Bleu Belge), E et U (limousins et Blonde d’Aquitaine) sont plus recherchés que les animaux classés en R (races laitières)


L’éleveur ne doit jamais oublier que ce qui importe , c’est surtout le BENEFICE NET. On ne vit pas avec le prix de vente mais avec le bénéfice de la production !

 

Le témoignage de Philippe Westhovens, éleveur sélectionneur à la ferme Asneux de Hamois le confirme : 

"Dans une première approche à la race limousine, beaucoup d'agriculteurs me disent qu'ils vendent leurs bêtes d'autres races plus chers. Je leur réplique "C'est vrai".

Cependant, on ne calcule pas la rentabilité d'une exploitation sur son chiffre d'affaire mais bien par son bénéfice.  

La limousine est une machine à faire des veaux : un intervalle de vêlages de moins de 360 jours est courant et une période d'allaitement du veau de 6 à 10 mois est fréquente.   

Après plusieurs années de bons services (8 - 10 veaux), la bête est encore réformée à un prix très intéressant qui tourne entre 3 et 3,50 euros/Kg carcasse et parfois même plus lorsque le poids approche les 430 kgs.   

Quand aux broutards, ils sont fort demandés à l'export vu leurs bonnes performances à l'engraissement grâce à leur bonne capacité à transformer les fourrages grossiers et à leurs besoins alimentaires raisonnables.   

Ils seront commercialisés entre 800 et 100 euros /pièce s'ils pèsent +/- 300 kg après le sevrage qui a lieu entre l'âge de 6 à 10 mois.  

Quant aux pertes, elles sont très minimes dans un élevage bien conduit. 

Pour ceux qui sont sceptiques, prenez votre calculette et n'hésitez pas à aller à la rencontre de quelques éleveurs.

Et pour les convaincus, continuez à dormir tranquillement en profitant d'une qualité de vie inégalable."
 

Taureaux à l’engraissement
photo limousine 092